Gorges de l’Arzon, en été… ou presque…

Tout le monde était content… ra-vis… un de ces étés de cigales qui invitent à la farniente au bord de l’eau avec l’unique préoccupation du sable entre les orteils et quelques fausses notes de passage au hasard d’un arrangement distrait, à glander gentiment sans repousser les limites… il faisait chaud, il faisait beau…

aaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhh!!!!! *s’arrache les cheveux*

Mais où sont donc passés les orages estivaux, le vent, la grêle, les rafales de grenouilles ?!
Les sorties s’enchainent, mais le challenge le plus extrême reste d’allumer en un coup le barbeuk dominical au firesteel, avec des brindilles sèches, désespérément sèches… bouhouhou, pauvre de moi…

Bon, ne crachons pas complétement dans la soupe, la clémence de la période permet d’envoyer à gogo du camp-hamac avec les mini slips et autres soirées poncho-hamac minimalistes… les techniques acquises dans la tourmente s’affinent dans le confort, jusqu’à pouvoir embarquer du monde, petits et grands, à la découverte des joies bushcraftiques dans la verte, ce qui, finalement, est un peu le but ultime de la manœuvre…

Agadez, c’est pas choli ça ?
Ici avec les loulous en bord de Loire en mode  »pirates à mort »

Gorges de l'Arzon, en été... ou presque... dans Bivouac musical et vadrouilles dscn5810

là, sur la terre Comtoise des ancêtres des vaches Milka, dans l’odeur des sapins

dscn5311 dans Bivouac musical et vadrouilles

ça a pas l’air facile, hein ?

dscn5310

lever de soleil entre deux pins sylvestres sur les hauts plateaux du Velay

dscn5110

Poncho hamacisme avec mon amoureuse de compet pendant une petite rando coole… ah ben oui, lits séparés ma chérie, pas le choix sur le coup…euh… ben… bonne nuit… de loin  Smile

dscn5111

Bref, heureusement, à un moment, faut que ça s’arrête, ce temps de beatniks!!

hippie-history-bus

 

Les nuages sont enfin arrivés, épars au début, s’agglomérant petit à petit en cette masse sombre et compacte qui sonne joyeusement le retour aux affaires.

Les premières gouttes commençaient à perler sur les vitres, il était temps de se frotter à nouveau aux éléments.
Je crois ne jamais vous avoir présenté les gorges de l’Arzon, à quelques km de mon QG volcanique… l’occasion est trop belle…

On accède depuis le haut plateau qui surplombe les gorges de la Loire, paysage et configuration typique du pays: ça ne paye pas de mine, c’est absolument désert et dédaigné de la folle populace randonneuse (pas assez cher mon fils, arf…)… un immense terrain de jeu à portée de mimines, de l’or en barre, mon trésor de pirate de la verte à moi que j’ai…

… la Haute Loire:

dscn4974

pourquoi ne pas suivre ce petit chemin au hasard, sans trop se faire de mouron sur la destination finale ?

dscn4975

Les gouttes fliquent-floquent sur le poncho merdico-trop-court et la partie basse de mon moi des bois se retrouve vite trempée, plus vite que prévu à vrai dire…

Les gorges discrètes et escarpées s’offrent à moi, je décide de me rapprocher de l’eau avant de commencer à songer au posage. Il pleut depuis quelques heures maintenant, et j’imagine ce qui m’attend au fond de cette tranchée verte… j’aurais peut-être du prendre un briquet en dépannage, au cas où…

dscn4976

On dirait pas comme ça, mais des fois ça se mérite un peu niveau mollets… c’est très peu souvent plat, en fait…

dscn4977

vue de l’intérieur… 99.9% d’humidité, yalah! la forêt d’émeraude, mais en plus froid!

dscn4979

Nina, qui suit sous la pluie sans se plaindre… qui a dit qu’il leurs fallait la parole ?!

dscn4978

Descente dans la vallée, dernière vue sur les collines qui nous encerclent, avant d’entamer la partie couverte de l’iceberg
à noter les orties bien grasses qui appellent à la soupe Smile

dscn4980

Au détour d’un croisement j’aperçois un chemin familier qui s’enfonce dans les feuilles et mène à un ruisseau, affluent de l’Arzon en contrebas. Je suis déjà passé par là l’année dernière, et me rappelle d’un petit spot de bivouac très  »robinson spirit » que j’ai toujours voulu tester… ben… allons y!

dscn4981

Le chemin envahi de ronces mène à un cul de sac, dissimulant au plus grand nombre la jolie surprise d’un « jacuzzi naturel », comme on appelait ça avec ma douce et tendre moitié Bordelaise ™ quand on était jeunes et fous!

dscn4985

… note pour plus tard: revenir quand il fait beau et sauter à poil là dedans.

dscn4984

Toute l’équipe décide donc à l’unanimité qu’il est temps de poser le camp, moment délectable entre tous, s’il en est!
Faut dire que ça nous tend les bras (et qu’on est trempés aussi, et que ça commence à fraîchir, accessoirement)

Juste au dessus de la petite cascade on devine une plateforme un peu plus plate que les berges

dscn4986

Les affaires sont posées à l’abri dans le poncho le temps du montage de tarp, qui grâce aux deux petits mousquetons de la ligne continue (et quelques dizaines de dizaines de répétitions), ne prend que de fugaces instants, à part dans certains moments passablement inavouables de fin de soirée sans frontale^^

je vous raconterai plus tard… je… où en étions nous ? *psssch-pluie-pluie*

dscn4987

ah oui! nous voilà donc fin prêts à nous frotter à ce bon vieux moment de serrage de slip, du à l’incertitude angoissante du firesteel en milieu mouillé !!

dscn4994

dscn4988

Nina est confiante, ou ne laisse, par pur esprit d’équipe, que peu paraître le doute palpable de manger chaud ce soir

dscn4995

Après ramasse, dans un recueillement tendu, de quelques candidats à l’allumage, dans cet environnement détrempé, aux odeurs de mousse et de champignons, les premières flammèches timides ne nous donnent pas des signes d’encouragement très évidents à décrypter…

dscn4996

… on voit au cailloux qui suinte que l’ambiance n’est pas à la sécheresse

Aaalleeeeéééé, ste plait, preeeEEeeEEnd!!!
*gros-mots-gros-mots-gros-mots*

dscn4997

Nina, elle, ne panique pas, et sait qu’on finit toujours par y arriver à la fin, comme dans l’homme qui tombe à pic, ou starsky et hutch, je sais plus… pi faut dire qu’elle a à peu près les exigences gastronomiques d’un broyeur à compost… alors le miam, froid ou chaud, hein…

dscn4993

et effectivement, après pas mal de pffff, pffff, gnnn, gnnn, on commence à être pas mal…

dscn4998

organisation de pointe pour lancer la tambouille, ce soir soupe à la saucisse maison, avec ce qui m’est tombé sous la main de légumineux en partant, assortit d’orties fraichement pêchées…

dscn4100

oui, je sais, ça prend des plombes comme ça, désolé, je… je ferai un trépied la prochaine fois, promis… allez patience ma Nina… craque pas maintenant, on est si près du but!!

dscn4104

Bienvenu à l’auberge du bois trempé… faut aimer souffler sur le feu et se prendre de la fumée plein les naseaux pendant des heures, hein…

dscn4102

après l’effort (très relatif pour certaines)…

dscn4103

 

… le réconfort!!

dscn4101

Vu d’un peu plus loin, on sent mieux le côté  »Robinson », non ?

dscn4107

Merci au tarp qui fait bien son boulot, la pluie n’a cessé que par intermittence ce soir là, même si on était pas en mode tempête, en tente c’eût été, hop! allez au lit…

dscn4106

Je vous laisse imaginer la rumeur incessante de l’eau qui court, enivrante, omniprésente… on en perd peu à peu la notion de temps, les gestes engourdis deviennent presque mécaniques, même le brouhaha des pensées du crépuscule solitaire se laisse submerger par ce chant premier, cette note unique et rebondissante…

D’ailleurs je n’ai rien pris pour enregistrer, je me fends de quelques notes éphémères et paresseuses, qui peinent à rivaliser avec les harmonies de la forêt, tout autour.

dscn4110

Arrive l’heure sacrée entre les heures sacrées du pisse mémé des bois, les ronces sont évidemment à l’honneur!

dscn4108

La nuit passe dans un sommeil lourd, au chaud d’un cocon douillet, confiant dans le dispositif éprouvé… Tarp-hamac, la config gagnante en moyenne montagne, miam…

Au petit matin je fais mine d’ignorer mon squatteur de veste qui donne aux retours un fumet animal très particulier et un aller simple systématique dans le lave linge… parfum  »chien mouillé » de chez fumée froide… tout un poème olfactif…

dscn4105

C’est toujours aussi dur de se tirer du lit, pffff, remettre les affaires froides et humides, décoller les yeux, dire au revoir à la micro aventure d’un soir… dur de s’y remettre quand on voit ce spectacle discret et privé en ouvrant les yeux:

dscn4111

Allez ma grosse, fait pas la boude, faut y aller maintenant… t’inquiète… on reviendra Smile

dscn4112

Voiloù…

au revoir…

et à bientôt…

*générique*

générique

À propos de loiseauivre

Musicien et vadrouilleur du dimanche, touche à tout pas trop endimanché...

Voir tous les articles de loiseauivre

2 Réponses à “Gorges de l’Arzon, en été… ou presque…”

  1. Roger Murtaugh Dit :

    Ah ! ça fait plaisir de lire un nouvel article ! :u)

    Le jour où tu plonges à oualp dans ton jacuzzi naturel, tu nous préviens, hein, qu’on vienne pas ! ^^

    Répondre

    • loiseauivre Dit :

      Salut Roger, ça fait un bail^^

      c’est pas pire que le montage de tarp-hamac à 4h du mat, hein…

Répondre à Roger Murtaugh

Thebestoffice |
Artikensudaf |
Somewhere on earth |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Welcomeny
| Tout sur les voyages en bus
| Studio Prapoutel "Le L...