Grotte en Avril, même pas peur, même plus de piles!

Les grandes instances météorologiques avaient annoncé d’une voix lugubre et caverneuse la chute drastique des températures, des invasions de sauterelles arctiques, la fin du monde post industriel, avec même de la neiiiige à 500m!!!

La sortie paraisait donc incontournable, impossible de résister à la tentatrice tentation  d’un dernier hamac hivernal avant de se lancer à l’assaut du printemps et de tout ce qu’il promet déjà…

Seulement, le matin il s’avère que les instances sus-nommées pratiquent de toute évidence la divination dans les fonds de verres (je sais faire aussi, hein, pas la peine de prendre une voix lugubre et caverneuse pour faire des promesses d’ivrognes), car tout ce que je vois dehors c’est de la bonne vieille pluie, froide et un peu épaisse… avec du vent… froid lui aussi… je…

Ah oui :un « bon-temps-de-merde », c’est ça, je cherchais le terme technique, merci!

Grotte en Avril, même pas peur, même plus de piles! dans Bivouac musical et vadrouilles catsndogs
rainin’ catz’n dogz, maïte!

une fois n’est pas coutume, je commence à me tâter… enfin à hésiter quoi, rooh… je… mais ça va pas non ??!! (je suis extrêmement choqué par le placement de votre esprit 2.0, les enfants, et en référerai à qui de droit)

Pas que le temps en soi me rebute, pour ceux qui connaissent un peu la maison, vous savez…

mais… 2 raisons bien tangibles me précipitent dans l’oeil d’un cyclone métaphysique sans précédent:

1: une pizza 4 fromages prête à passer au four (oui, avec du Bleu de pays en plus par dessus, comme ça, ça fait 5)

2: la saison 3 de Vikings

j’ai la maison pour moi, toute la soirée pour une fois (= toute la saison 3, vous aurez compris)

pi, j’ai la garde de ma vieille Zoe grabataire, qui n’est plus vraiment complètement enthousiaste à l’idée de se cailler les miches au milieu de nul part, sous un tarp et un hamac… avec en plus du ukulélé toute la soirée, pfffff…


Ca sent de plus en plus le plateau télé quand le vent forcit un pwal au dehors et se met à siffler dans les volets… ce que j’interprète comme  »hin-hin, l’Oiseau Ivre, mon derche, t’es rien qu’un dégonflé mou du zgeg qui a les miquettes de se mouiller ses ptites plumes d’ail-leu! »

fatcha…
vu que je suis à peu près aussi mature que lui, ça ne fait pas un pli, hop!! les affaires sortent des sacs dans le joyeux tintamarre de ceux qui se demandent qui va se faire oublier ce coup-ci…

 

001_un10 dans Bivouac musical et vadrouilles

jeu: aide l’oiseau bourré a retrouver ce qu’il a zappé… un indice: il n’y a pas de frontale sur la table, ni de piles dans le zoom…

La présence de ma vieille chienne qui se traîne limite vraiment les possibilités, et je me refuse à mettre les pieds dans la voiture après l’overdose du trajet Oléron-Bordeaux-Le Puy en Vlé… du coup, à part longer la Loire depuis le jardin…

et bien soit, allons-zy gaiement! j’aime bien la tête des quelques voisins croisés devant la maison sous la pluie, avec le bonnet noir, 90kg de chiens mouillés et le gros sac camo

On passe mal que va un petit rocher tout vermoulu en poussant Zoé au derrière, et nous voici dans  »l’endroit secret », le petit bois plein de ruines en dessous du château des vampires

1ere pose à mon petit coin d’été ousque ça joue du uke les pieds dans l’eau quand il fait trop chaud

 

002_ea10

 

la pluie s’est arrêté un moment, qui devient du coup de plus en plus agréable

 

002_ea11

 

cette légèreté de la solitude en forêt, quand on sait qu’on va y passer la nuit

je filtre assez d’eau pour le gloups et la tambouille, ça devient un de mes rituels préférés pour tout avouer

 

002_fi10

 

le chant de l’eau qui court, Dame Loire là où elle n’est encore que damoiselle… et moi, son humble courtisant, sur le départ…

 

002_l_10

 

en chemin il me vient à l’esprit que je ne me suis pas fixé d’objectif de sortie cette fois, comme si tout allait de soi, que nous étions, la rivière, les arbres et moi en validation tacite des acquis, en vue peut-être d’un niveau supérieur… un peu comme à l’école, quand  »on fait des jeux » le dernier jour…

 

le cercle se referme, commencé il y a un an pile de ça, aux dernières gelées d’Avril… un nouveau s’ouvre devant mes yeux, dans les senteurs de mousse et de bois vermoulu.

qui sait ce que m’apportera cette année qui prend vie de toute part.

j’en fais désormais humblement partie, de vieux punk à chien vadrouilleur et dilettante je suis devenu élève appliqué, en tout cas j’ai appris à assumer la vadrouille en tant qu’activité en soi, en tant que passion… plus besoin d’excuse pour jouer au trappeur!

je marche dans les vieilles ruines en me demandant toujours où établir un camp digne de ce moment privilégié

elles donnent à l’endroit un petit côté  »Blairwhitch project » vous trouvez pas ?

 

029_vi10

 

bouooouuuuuh…

 

030_vi10

 

je passe du coin de l’œil mon  »endroit secret » presque sans y penser, une grotte artificielle où je me suis essayé au bloc (de l’escalade sans corde et pas haut, ça est… rigolo mais vite chiant en fait, NDA) il y a quelques années, mais la roche trop péteuse (un gros bloc m’est resté dans la main en sortie de toit…) s’est vite montrée rédhibitoire à l’exercice…

tiens, pourquoi pas en fait ?

 

- attend, on devait pas se faire une soirée hamac tranquillous, c’est quoi ce délire là ?

- oh, allez, soit pas ronchon comme ça, ça nous rappellera un peu la vallée de la Loue… pi avec la config qu’on a, je te rappelle, on peut dormir suspendus ou à terre, c’est iguane…

- t’as vu comme c’est dégueu?

- on a qu’à nettoyer…

- … et dormir par terre, sur les cailloux avec l’autogonflant-qui-se-dégonfle ??!!

- tu marques certes un point, mais boh, on s’en fout, on est punk non ?

- ‘tain mais tu dis toujours ça… c’est juste pas un argument en fait… à 3 jours de la retraite en plus… on est trop vieux pour ces conneries…

 

alors…

endroit secret c’est un bien grand mot hein…
003_gr10

 

c’est une grotte pas naturelle du tout qui a servit (selon données auto-empiriquée) de cachette/grenier/dépotoir/endroit à dégueulis punkistes depuis on va dire la fin du IXe siècle…

 

c’est là en fait, assez discret, le long d’un sentier en friche complètement oublié, à disons 7-8mn de marche de chez ouam, en prenant son temps…

 

004_gr10

 

le truc marrant c’est qu’elle ouvre sans le vouloir le comment du quand, du qui et du pourquoi ?

la roche est friable à cet endroit, facile à creuser mais il n’y a aucune trace de chemin qui y mène ou puisse trahir une exploitation de stockage liée au vieux moulin en ruines en contre bas…

mais par contre on y sent moults squattages récents, qui malheureusement ont laissé des traces d’humains 2.0 dégueux partout au sol (je vous passe les détails) et même sur les murs… c’est une peu le 9-3 du 4-3, quoi…

 

005_ta10

 

ma douce et tendre moitié qualifie ça de « très glauque… »

… boh, rigolo… moche à la rigueur…
006_ta10

 

de l’intérieur, quand il pleut et que c’est propre, on est pas si mal en fait…
007_de10

 

L’opération nettoyage prend un peu de temps, je lance le feu bien à l’avance, marge de sécurité obligatoire du camp pluvieux, il ne s’agit pas de se faire avoir comme… euh… je vous raconterai!

le bois est mouillé et paradoxalement assez rare dans ce bois pourtant peu entretenu, 3 bâtons sont quand même sacrifiés sur l’autel de la grande Gastronomie pour servir de trépied…

 

010_le13

 

2 coups de firesteel plus tard…
011_tr11

miam-time, pour tout le monde
012_mi11

 

confection des baguettes du bush, on ne rigole pas au fond: oui je suis à mon max niveau travail du bois (et oui² c’est encore des pâtes chinoises/soupe/crevettes… je… j’avais que ça à la maison… je coche un objectif  »Grande Cuisine » pour la prochaine sortie en pénitence, promis!)

désolé pour la goutte sur l’objectif, c’est… du journalisme total…
013_mi11

 

le trépied rejoint vite le reste du bois sur le feu, tandis que la popote refroidit gentiment (en fait pour de vrai, j’adore les pâtes chinoises avec des crevettes, à vous je peux l’avouer)
014_mi11

 

la pluie me rappelle qu’il faut rester vigilant et qu’on est toujours pas en mode  »Ibiza »… je rentre le feu à l’intérieur par précaution.

je commence à bien aimer ce petit réchaud, il nécessite un peu d’entraînement, mais se montre finalement très polyvalent à l’usage, pour purifier l’eau, varier les menus, servir de feu d’appoint, un peu de chaleur et de lumière… car j’ai oublié ma frontale bien sûr… mais la danse chaude et langoureuse des flammes et de la bougie sur les parois se prête à merveille à l’ambiance troglodytte de ce soir, c’est finalement pas plus mal que les leds de la grande Babylone.
015_re11

 

petit moment musique avec mon fidèlissime Motu, et ses cordes fraîches (changées carrément à la source, directement in ze Case à Uke d’Oléron, si ça c’est pas le top moumoutte du comble de l’addiction Motuïque!)

au menu ce soir finger picking et petits blings intelligents, histoire de changer un peu

je lance le zoom pour immortaliser le moment, je souris, ah oui c’est vrai je l’avais laissé tourner toute la soirée avec Mike le breton pendant les vacances, aucune surprise quand il m’annonce que la session de ce soir restera entre les chiroptères et mon triste moi

du coup je vous glisse un ou deux délires de fin de soirée avec le Breton:

- Vivre libre ou mourir

- Bella Ciao

 
016_mo11

 

la soirée avance doucement, pipe, musique, un peu de vin, le bruit de l’eau qui tombe sur les feuilles… je me lance une tisane de ronces sur le réchaud, rituel désormais incontournable et ô combien savoureux
017_ti11
018_ti11

 

l’équipe est prête pour le do… hé, Zoé… c’est ma place là…
019_re10

 

gros stress dans l’équipe, tandis que la nuit tombe doucement
020_zo10

 

je me couche super tôt, une sombre histoire de traquenard de voisinage la veille me rattrape dès que l’atmosphère s’assombrit
021_nu10

 

Je papouille mes deux filles, conscient que c’est sûrement la dernière sortie de ma vieille Zoé-la-magnifique
022_zo10

 

le feu m’honore d’un de ses spectacles mystico-honniriques, ce soir c’est soirée SF avec des monstres insectiformes sortis des flammes
023_fe10

 

… oupa…
024_fe10

 

time to go to ze bed, pour une fois le couchage n’est pas monté en avance, on a le temps, on s’en fout…
025_ti10

 

je pose le matelas sur le poncho, le sursac fera bien le reste.

j’ai finit par adopter la technique dite du  »sac de couchage roulé en boule à l’arrache au fond du sac » sensée gagner de la place… je dois dire que c’est adopté, vraiment pratique pour déballer/ranger. En outre je mets les habits de journée entre le sac et le sursac, finit les teeshirt/futal gelés le matin, ça parait super con, mais je l’avais jamais fait jusque là… petit à petit on devient moins petit…

 

je m’endors en écoutant le crépitement du feu, moment d’éternité ataraxique
026_de10

 

le simulacre de camp a l’avantage d’être vite plié le lendemain

real men leave encore moins de traces qu’à l’arrivée!
027_re10

 

dernier coup d’oeil à la tanière…
028_au10

 

on se donne rendez vous très prochainement, finalement, j’ai peut-être trouvé mon camp de base… deux trous discrets pourraient servir à fixer un ou deux hamacs…

il me tarde d’y amener les mini slips, ça se prête bien à l’entraînement des bois en fait, je repars avec le sourire et plein d’idées d’activités pour ce printemps… ça s’annonce plutôt pas mal en fait!

 

au revoir… et à bientôt…

hqdefault

 

À propos de loiseauivre

Musicien et vadrouilleur du dimanche, touche à tout pas trop endimanché...

Voir tous les articles de loiseauivre

7 Réponses à “Grotte en Avril, même pas peur, même plus de piles!”

  1. Roger Murtaugh Dit :

    Toi, il est grand temps que tu trouves une solution écolo-punk à ton problème de piles ! ^^

    (Sympatoche, la grotte, sympatoche…)

    Répondre

  2. Roger Murtaugh Dit :

    Sans dec, bon choix, les deux morceaux. Super souvenir ! ;u)

    Répondre

    • loiseauivre Dit :

      oooh que oui!!

      ils fleurent bon la fin de soirée en plus, journalisme total, comme d’hab ^^

  3. tatanne Dit :

    wesh! je viens investir ton monde cyberactif! de très jolies photos de la poésie et de la musique de petit mozart.. au top!
    moi je suis invitée aussi à camper sous le château? … si y a pas de quoi tendre une jump inutile d’inviter antoine..

    Répondre

  4. oholibama Dit :

    Hello
    superbe cette petite nuit de folie dans la grotte qui n’en est pas une… les chiens vont bien?

    Dernière publication sur Essaie, fautes comprises. j'écris mes livres et nouvelles : Subitement...

    Répondre

    • loiseauivre Dit :

      Ben une des deux chiennes, Zoé la magnifique, a rejoint le grand banquet d’Odin au Walhalla des chiens, à 15ans et 2 mois… :/

  5. John Dit :

    Super le son, même si pas « in situ ».
    Bon, quand j’aurai le temps, je ferai une recherche « Tisane de ronces »…

    Répondre

Répondre à oholibama

Thebestoffice |
Artikensudaf |
Somewhere on earth |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Welcomeny
| Tout sur les voyages en bus
| Studio Prapoutel "Le L...