L’oiseau Ivre, Live at the Fraisse Chapel!

Sâââlut !!

Quelques photos de la sortie de samedi, dans les charmantes gorges du Ramel, affluent discret et sauvage de Dame Loire.

Je viens souvent ici, découverte au hasard d’une vadrouille estivale, la chapelle a ce quelque chose de mystiquement indéfinissable, rien de religieux à proprement parler…

D’ailleurs, wiki confirme plus ou moins l’impression :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Chapelle_du_Fraisse (attention, moment culturel)

‘’ Le site de la chapelle du Fraisse était sans doute peuplé dès le néolithique[11],[12]. Différentes pierres, notamment une pierre à cupules et un mégalithe christianisé laissent penser que le site était autrefois un lieu de culte celtique[13]. »

Bref, donc, destination choisie… sur un lieux de culte probablement téluriquement remarquable… reste à fixer le programme (la lisssste!!!)

Au tout début, je devais tester une config avec le poncho-tarp en flying diamond histoire de voir si il était at-all-possibeul de passer une soirée là-dessous sans devenir fou (1.4x2m… c’est assez… restreint, comme ambiance)

‘’espace de vie sous poncho tarp : Mythe ou réalité ?’’; vous avez 4h…

 

En me rencardant sur le Grand Ternet, je me retrouve (comme trop souvent ces derniers temps) à glandouiller sur les sites de hamacistes, ou hamaqueux… enfin ceux qui pendouillent quoi… vu que les montages entre les arbres c’est un peu leur fond de commerce.

Sachant que ma dernière expérience avait donné ça :

« auto-citation »

Je me résigne ce soir là à l’évidence que je niais jusqu’ici, rejoignant mort dans l’âme les rangs honnis des  »très septiques » : le hamac, c’est bien l’été en plus d’un autre système-au-cas-où, histoire de se faire un petit plaisir

mais! ce n’est pas la solution simple, efficace et polyvalente que je recherche… enfin… que j’ai trouvé avec le tarp-O-sol, fût-il un simple poncho

Mais !
j’ai la tête dure et les idées courtes du fier et rude guerrier Helvète, élevé dans l’eau glacée des torrents… et ça me fait un genre de gros fusseoir au derrière que certains y arrivent -paraissent se faire super plaiz’- et pas moi…

Je change donc mon fusil d’épaule et raye rageusement le poncho tarp de la to-do-list mentale pour y inscrire : Hamac hivernal… je te veux, et je t’aurais

(hop ! image de Joe Dassin, pour ruiner votre journée à siffloter, c’est cadeau)

L'oiseau Ivre, Live at the Fraisse Chapel! dans Bivouac musical et vadrouilles dassin%20lamerique

 

Et nous voilà partis, au programme de ce soir, filtrage de l’eau avec le sawyer, gestion du réchaud bois pour la bouffe, firesteel et enregistrement de 4-5 titres dans la chapelle

Wouhou !

Bon, pour corser un peu la chose, je me fracture un doigt de pied le vendredi soir!!

partir en vadrouille dans la pampa tout seul l’hiver, avec une patte folle… c’est… du journalisme total…

0 dans Bivouac musical et vadrouilles

 

Je m’élance donc samedi après midi, clopinant-grimaçant, sur les pentes des gorges.

La chienne gambade joyeusement devant, tout est parfait, sauf que j’ai l’espèce de sentiment d’avoir oublié  »quelque chose d’important »…

Je sais pas si vous connaissez, c’est un peu rageant… surtout quand on peine à mettre le doigt dessus…

Je…

En 2 mots : PU-TAIN…  :angry:

 

J’ai juste laissé le sawyer sur la table avant de partir, je me retrouve donc avec une gourde vide et rien pour filtrer…

 

Dans ces moments, j’aimerais bien être quelqu’un d’autre, ou un animal, une amibe… voir même une plante verte… enfin tout sauf mon lamentable moi…

 

Avec un coup comme ça, normalement j’aurais dû me mettre à hurler dans mon moi du dedans que j’ai…
mais au fil des sorties, quelque chose a un peu changé, je me dis ‘’boh, je cocherai filtrage-sans-filtre… ça me fera bosser le réchaud’’ et je continue gaiement jusqu’au site de bivouac

 

 

Petit tour rituel dans la chapelle avant de s’installer dans le sous-bois à côté

001_la10

 

C’est joli-beau non ?

 

002_la10

 

Et hop !
5mn chrono pour tarp et hamac, en fait les tentatives/erreurs (trial and error) des dernières sorties ont finies par payer

 

003_le10

 

Pas si mécontent, c’est pas tendu partout nickel comme je voudrais, mais bon.
Par contre il faut vraiment que je trouve des sangles, parce que les cordes d’origine du hamac D4 (10€ de bonheur) ne permettent guère que le montage en canadienne, le flying diamond, c’est mort, trop large.

 

004_le10

 

Le jour faiblit sensiblement, la température aussi, il est temps de s’y mettre, parce que mine de rien, le programme est chargé, la saucisse aux lentilles ne va pas cuire toute seule !!

 

Attention les yeux, système de filtration de l’eau High-Tech :

006_sy10

007_sy10

 

La rivière étant en crue, je n’ai pu récupérer qu’une eau glacée et marron qui inspire peu confiance… on va faire bouillir hein…

 

008_sy10

 

 

Je m’installe pour la soirée bouffe-musique sur les dalles

009_le10

 

 

La vue depuis la fenêtre, les voisins vont nous laisser tranquilles ce soir^^

011_la10

013_ch10

 

 

Je retourne à la rivière pour une dernière mission eau

014_mi10

 

 

Prépa du coin feu sur deux grosses pierres qui trainaient là

015_le10

 

 

Bois gras et feather stick, comme les vrais!!

016_fe10

 

 

Je gratte le firesteel tout ce que je peux, je refais de la poudre de bois gras… je… putain mais j’y arriverai jamais bordel…

Je me dis qu’il devient un peu urgent de lancer ce runtudju de feu, alors petite tricherie d’Oiseau Ivre trop pressé, quelques gouttes d’huile et schwouuf !!

Home sweet home

017_ho10

 

 

Sans le flash, l’ambiance est très différente

018_ho10

 

 

La popotte est en marche: oignons, ail, carottes, poitrine fumée, lentilles, saucisse paysanne… aromatisée à la boue du Ramel !!
Faut que je pense à prendre du laurier la prochaine fois

019_la10

 

 

Le long de la soirée, je fais bouillir de l’eau en continu dans le quart sur le réchaud, pour qu’elle ait le temps de refroidir
J’aromatise avec des feuilles de ronciers…

Je goutte… et ben, c’est franchement bon, le gout de boue est partit, l’odeur du roncier est surprenante, très subtile, boisée, qui tire sur le fruit rouge…

gestion du réchaud: check!
La tisane du bush : check !

020_ti10

 

 

Bon, tout bouillotte gentiment sur le feu, il fait froid au contact direct du sol, je n’ai pas pris le petit siège et le pied de micro pour l’enregistrement, tant pi.

Je me lance dans l’enregistrement de quelques morceaux, je voudrais alterner instrumentales en picking, compos, chanson française…

L’acoustique est envoûtante, reverb naturelle, la lumière du feu danse sur les pierres…

je ne m’étonne presque pas que l’enregistreur s’éteigne au milieu même du premier morceau, je me rappelle avoir pris des piles de rechange… et aussi les avoir laissé dans le vide poche du jumpy…

 

Quelques secondes d’Oiseau Ivre avant collapse technique :

Mp3 (à venir, faut que je le sorte du bouzin, NDA)

 

live_a10

 

pas grave, de toute façon la gestion du feu prend beaucoup de place, j’enchaine quelque morceaux pour le plaisir en écoutant la voix se répercuter sur les voûtes, imaginant les successions de chants, d’appels au divin qui se sont succédés ici, depuis l’âge de pierre.

Une dernière tisane de la brousse, une pipe en regardant le feu, je rassemble les affaires en redoutant un peu l’heure de se glisser dans le hamac…
j’ai encore le souvenir du froid piquant dans le dos de cet automne, je me couche avec les pieds gelés, ce qui me fais souci, d’habitude je n’ai jamais froid…

l’entrée dans le sursac est moins pénible que j’imaginais, le poncho à terre joue bien son rôle de tapis de sol, le déshabillage est vite fait, toutes les affaires dans le sac, le sac sous moi…

Je me glisse dans le sandwich sursac/autogonflant-dégonflé/pyjama technique/sdc 5°…

Je…
J’aurais bien voulu vous donner mes impressions sur la nuit, le hamac, tout ça…
Mais j’estime mon temps d’endormissement à environ 13s… clown

 

 

black out complet jusqu’au lendemain, où j’ouvre les yeux et :

021_au10

 

 

Comment vous dire, température dans le sac de couchage idylliquement parfaite, les flocons qui s’écrasent mollement sur le tarp, les oiseaux, le vent, l’odeur de la foret…

les réveils en hamac sont toujours aussi spectaculaires, on a pas envie d’en sortir, il fait bon, aucune douleur à cette épaule qui me tire du lit depuis des mois…

je me retourne et…

… et ben c’est dimanche, on peut bien glander un peu au lit !!!  je remonte la capuche du sac et me paye une petite grasse mat en mode bushcraft avec un grannnnnd sourire ^^

 

Pas mécontent de l’expérience

 

022_le10

024_le10

 

Après un petit secouage

 

023_le11

 

Cosy inside, ayet, je l’ai… hamac hivernal… check !!! (Joe Dassin, prend ça dans ta face!!)

 

025_co10

 

Je suis comme un gosse, je prends le camp sous toutes les coutures sous l’œil perplexe de Nina, qui se demande  quand est-ce au juste que j’ai commencé à tourner le casque…

 

027_ni10

 

Je plie, on tient presque debout sous le tarp, du coup c’est easy de tout rembourrer dans le sac, que j’ai pris gros exprès pour pas me galérer à jouer à tetris avec les doigts engourdis (bien vu, merci Kasmo)

 

Dernier coup d’œil rêveur à la chapelle, on se revoit bientôt !! (avec la petite famille sûrement)

 

028_la10

030_la10

 

Et ready to go !
Je remarque avec une certaine satisfaction le ‘’leave no trace’’ souvent pointé sur les forums de hamaqueux (j’ai bien sûr également effacé les traces de mon passage dans la chapelle, qui restera entre le Grand Corbier,  patron protecteur des musiciens de l’Ordre de la Sainte Barbe, et moi)

 

corbierfou

 

031_re10

 

Je descends doucement les pentes abruptes de la petite vallée oubliée des hommes, pas assez remarquable pour être citée dans les blockbusters de rando, épargnée, sauvage…

comme des dizaines d’autres dans un périmètre de 20-30bornes autour de la maison, j’adore mon pays d’adoption… je crois l’avoir déjà dit non ?

 

Difficile de ne pas s’arrêter tous les 20m

032_en10

 

Le Ramel

033_le10

Et encore

034_le13

Et encore!!!

034_le11

Dernier regard avant de reprendre le sentier du parking, pour rejoindre le monde des Hommes, avec des paillettes plein les yeux…

034_le12

Vivement la prochaine sortie… en hamac, c’est à peu près sur…  pirat

au revoir…

 

 

et à bientôt *générique des citées d’or*

À propos de loiseauivre

Musicien et vadrouilleur du dimanche, touche à tout pas trop endimanché...

Voir tous les articles de loiseauivre

Une réponse à “L’oiseau Ivre, Live at the Fraisse Chapel!”

  1. Roger Murtaugh Dit :

    Le coup des piles m’a tué ! #uD

    Sinon, elle fait pas trop la gueule, Nina, après cette pelante ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Thebestoffice |
Artikensudaf |
Somewhere on earth |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Welcomeny
| Tout sur les voyages en bus
| Studio Prapoutel "Le L...