Le uke, pour qui ? pourquoi ??!!

3 janvier 2016

Uke, pfuits! et Chansons

Il y a longtemps, alors jeune et  fringuant contrebassiste de swing manouche et apprenti flûtiste à mes heures, j’ai décidé de reprendre la guitare, cet instrument du diable, histoire de me mettre les runtutudju de grilles-qui-se-ressemblent-toutes en tête…

 

limehouseblues

Une certaine conception de l’enfer…

 

… et de produire par là même les plus beaux, les plus internationalement reconnus walking bass de l’histoire du swing, de l’histoire de la musique, de l’histoire de l’art… de l’histoire du mooOOOnde… mouahhahhaaaa !! *rire caverneux*

(ça ne s’est pas vraiment passé exactement comme ça, dans les faits, vous en auriez entendu parler, forcément)

J’habitais alors en zone de pâturages sur les crêtes paisibles d’une lointaine vallée pyrénéenne du haut Béarn, qui, plus que tout autre endroit au monde, se prêtait merveilleusement à la dilettance contemplative de mes déambulations musicales.

‘’dilettance’’ est un mot qui n’existe pas, je sais… je… mais il allait bien là, allez… ce sera notre secret…

990914130420131734

la photo est pas de moi hein… mais ça ressemblait grosso merdo à ça

 

Seulement voilà :

1 : la guitare c’est duUUuur, ça tord les doigts, pi faut bosser, pffiou…

2 : la guitare c’est groOOoos et lourd, ça nique le dos et ça tient pas dans le sac… pi dans la tente 1place, en plus des deux chiens, bonjour…

 

Donc même si le plus simple eût-tété d’abandonner purement et simplement mes rêves fous d’Anschluss artistique, je me suis demandé quel instrument pourrait finalement remplir le cahier des charges…

… et PILE à ce moment (fou non ?), un pote bassiste fait un petit article sur

‘’le Ukulélé, le plus grand des petits instruments’’ (je crois que c’est de Bob Brozman la citation)

\o/

 

S’en suit une brève discussion qui, à défaut de repousser les frontières du monde musical connu a influencé mon parcours pour d’humbles décennies à venir:

-          Nan mais ton truc, là, ta ptite guitare de clown, on pourrait éventuellement tourner des grilles manouche avec ?

-          Ouais, sûrement… ‘’au uke, tu peux TOUT  jouer, du moment où tu te prends pas au sérieux’’

 

Hop ! Me voilà donc  à bord du train-lélé… m’apercevant au passage que les wagons sont littéralement bondés de passionnés enthousiastes… j’étais loin de me douter que la petite guitare de clown pouvait justifier une si vaste  communauté dans de si hétéroclites proportions…

du swing, du blues, de la chanson, du trad, du… putain, du classique, baroque, de l’électro, du rock… pas mal de délires qui donnent envie de rester, de faire partie de la famille…

 

Je reçois donc mon premier ukulélé, de chez l’oncle thotho… et…

… et bien c’est loin d’être le coup de foudre…

 

1 : le ukulele, passé les deux ou trois grattes-grattes de base, c’est plus dur qu’il n’y parait… faut bosser, pffiou…

2 : le ukulele il a toutes ses cordes dans un ordre qui tend clairement vers le dadaïsme de bistro, comme les épisodes de star wars… eux ils appellent ça le ‘’réentrant’’… moi, j’appelle ça ‘’n’importe quoi’’, point.

3 : le ukulele ça fait que des blings aigrelets et disgracieux, pi ça se désaccorde tout le temps

4 : les 6/9 en barrés sur un uke c’est… comment dire… ridicule…

 

Ca fait beaucoup à porter pour un si petit instrument.

Bref, passé les 2 ou 3 premiers morceaux (sweat dreams et natural mystic, de mémoire… Kitsh et kitsh sont dans un bateau…) il se retrouve sur une étagère au ban de l’infamie des instruments-jouets-marrants -bon-quand-on-aura-le-temps-de-faire-du-rien

Raaah !!! Mais vu que chaque fois que je pose les yeux sur la dite étagère, ça me renvoi au triste constat de ma propre nullitude…

… ben, je commence à me demander comment je peux faire pour le rendre un peu plus musicalement utile, au quotidien… (oui, là, j’avais effectivement pas plus que ça à penser dans la vie… passons, voulez vous)

 

Et là… j’ai… LA fausse bonne idée !!

  • Je lui colle une corde de MI grave (lowG pour les intimes) qui a tout plein d’avantages concrets et immédiats :

 

-          Les grattes-grattes de type guitaristique (pompe manouche dans mon cas) deviennent un peu plus probants

-          L’ordre des cordes est rétablit, on part du plus grave pour arriver au plus aigu, comme dans la famille ours, naaaanndedzi !!!

-          Les blings aigrelets de corde à vide cessent, puisqu’en lowG , on ne joue quasiment plus de cordes à vide, c’est tout en ‘’accords fermés’’ et on joue beaucoup sur les étouffés

-          Les 6/9 sont toujours ridicules, mais ça vient peut-être de l’accord en soi finalement ?

 

Et me voilà partis par monts et fougères, pompant joyeusement du Brassens, du Django, du Ela, etc, etc… je chorusais même un brin… GCEA sur 12 cases, finalement ça revient à avoir ¼ de guitare…

 

Une…

 

…petite…

 

…guitare…

 

 

… de clown… *petit nuage sombre*

v0_master

qui veut jouer avec moi ??

 

 

Au bout d’un moment c’est sans appel : s’acharner à essayer de transformer un uke en gratte, c’est don quichotesque, on arrive à… une gratte… en moins bien…

 

Pfff, c’est compliqué en fait le uke, on dirait pas hein ?

 

Pas tant…

Remets le truc réentrant machin

Ecoute un peu ceux qui jouent, arrête de refaire en boucle ce que tu faisais sur ta gratte

Oublie les accords de gratteux, repars au début, accords ouverts, accords légers…

 

Et…

 

-          Pourquoi le réentrant ? parce que la première corde plus aigue libère les accords, ils sont légers, ‘’ambigus’’ : le même accord ne sonne pas pareil selon sa place dans la grille, on peut l’enrichir ou l’appauvrir à volonté, vu que la fondamentale n’est plus ‘’l’ancre’’ , le point de référence absolu

sans-titre

viiiive les accoooords liiIIiiIIbres!!!!

 

-          Pourquoi les trucs de rolls et triplettes et tout et tout ? parceque le uke est un instrument rythmique autant (plus ?) que mélodique !! le petit son aigrelet crispant devient un tchicatchicatchic entrainant qui laisse beaucoup de place à la voix… se frayant un chemin médium-haut dans le spectre global, quand on joue à plusieurs… c’est pas la taille qui compte !!!

-          Pourquoi les accords ouverts ? parce qu’ils laissent une corde à vide souvent, qu’elle vibre pendant l’accord, ajoutant volume et puissance, après l’accord même, pour les transitions

 

Bref, quand on commence à se plier au uke, il devient un instrument à part entière, toute une petite planète à découvrir… il tient dans la poche ou presque, on peut facilement les multiplier, il y en a partout dans la maison, dans la voiture, à côté du canapé…

La joie du uke, ludique et immédiate… surprenant de possibilités… c’est finalement complètement addictif !!

 

De l’apéro avec des potes aux beufs dans les rassos de zik tzigane… et en passant surtout par les soirées à regarder la pluie tomber sous le tarp, le mien ne me quitte plus…

 

au revoir… et à bientôt *générique*

 

 

 

 

 

 

À propos de loiseauivre

Musicien et vadrouilleur du dimanche, touche à tout pas trop endimanché...

Voir tous les articles de loiseauivre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Thebestoffice |
Artikensudaf |
Somewhere on earth |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Welcomeny
| Tout sur les voyages en bus
| Studio Prapoutel "Le L...