Les sorties maso, Episode 2: La grosse rabasse dans ta face

22 décembre 2015

Matos et RETEX

Dans le cadre de mes sorties maso estivales, j’ai mené une session instructive, bien que peu digne à certains moments,  il y a quelques mois de ça…

je ne peux résister à vous en livrer un petit compte rendu !
(c’est aussi et surtout parce que j’ai l’épisode 3 en gestation et qu’il n’est pas questions de sombrer dans une numérotation de type pataphysique, à la Star Wars)

Il pleut sur notre verte vallée, sans discontinuer depuis quelques heures, avec pas mal de bourrasques, le soir tombe… bref : les conditions  »parfaites » pour moi !!

*imaginez la scène de l’orage dans Frankenstein*

Seulement, je retrouve pas mon poncho, (grumble, grumble, peste force jurons, à la frontale, dans la grange) celui que j’aime bien. Je suis pressé et ‘’je sais qu’il ne faut pas le faire, mais je le fais quand même’’… me résigne à attraper la première veste de pluie (trouée et qui ne ferme pas bien) qui vient… et pars \o/

Le lapereau de 3semaines, quoi…

lapin-cretin-sticker-flat

bwaaaa!

 

Wouhou ! le plaisir du grand dehors avec des gouttes glacées qui battent le visage déjà rougit par le vent, mmmmm… vous êtes jaloux hein ?!

à l’intérieur, je transpire bien évidemment comme un goret, la veste est un genre de parka de chantier, en plastique… je… bref…

la pluie se fait de plus en plus drue, je tente un raccourci créatif, pour éviter un passage franchement gadouilleusement pentu, qui, de fil en aiguille, me fait traverser un champs de hautes herbes que je pensais fauché à cette époque (feignasses !)… résultat, bien sûr : grolles et pantalon HS en 50m…

j’arrive de nuit sur un petit spot que j’aime bien à côté d’une vieille tour en ruines, sur les berges de la rivière Loire.

je me dis  »super occase pour tenter le montage de tarp par-dessous-sans-rien-mouiller-du-matos-ou-du-bonhomme (même si c’était déjà partiellement le cas), comme dans le manuel des castors juniors !! »

Je m’exécute, avec un certain brio je dois dire, en lisière de bois.

le tarp est monté en 2/2 : efficacité, organisation, les deux mamelles d’une soirée réussie !

imagesZG27HBA0

 

Assez content de moi, j’enlève cette saloperie de kaway qui  m’étouffe et…

… pas même 1mn30s et l’espace commence à se remplir de l’eau de ruissellement du tarp… ach !!! che me suis foutu sur saloperie schweinhund de cuffette, scheisss verdammt!!! quel Klein débutante!!! Mobylette kapputt !!!

(je me parle en allemand de fin de soirée quand je suis en colère contre moi-même)

m_405e5940-8654-43e0-83ab-93db6c9f2cda

Colonel Klink!! Stalag 13 !! Souvenez vous !!

il pleut toujours des cordes, je sors à la frontale pour repérer un petit bombé où l’eau ne s’accumulera pas, commence à rassembler matos et démonter le tarp quand…
… une grosse rafale de vent me le retourne… toute l’équipée se retrouve sous des trombes d’eau en mode

‘’on-maîtrise-beaucoup-moins-bien », là, d’un coup, hein ?
Je démonte tout à l’arrache, colle la veste sur le sac pour limiter la casse, essaie de trouver un arbre où m’arrimer, trouve, monte le tarp, ramène les affaires trempées… et…
et c’est l’heure du joyeux bilan :

Chaussures : trempées
Chaussettes : trempées
Pantalon : trempé
Pull/t-shirt : trempé
Cheveux : trempés
Sac de couchage : OK (merci le sur-sac)

Je commence à grelotter, je fouille dans mes poches, j’ai quelques brindilles sèches (des bout de sarments de vignes du beau père en fait), tente une dernière sortie aquatique, ramasse en tâtonnant tout le petit bois à portée et l’entasse au sec dans un coin du tarp

Traditionnel montage en diagonale à +/- 1m75 de hauteur, le vent tourne pas mal mais semble globalement aller dans la bonne direction : je peux faire le feu à l’intérieur, un poil en dessous de la pointe haubanée, le vent cul/latéral chassant la fumée à l’extérieur

Je commence avec mes brindilles en priant intérieurement le Grand Corbier, et met les branches à sécher autour
Je vire toute mes fringues mouillées et dispose les chaussettes/chaussures à sécher

La chaleur du micro-feu commence à emplir le tarp, et au bout d’un temps difficilement déterminable, je me retrouve assis en tailleur, en slip, à peu près sec sans m’en être vraiment aperçu… il fait super bon en fait… aaah… binouze time, tiens !

on arrive à ça (enfin en gros^^)

dessin
on voit rien, je sais, mais j’ai la flemme de refaire, là…

Je me fais le petit coin dormage bien au fond, j’ai mis le gros sac en pare/vent/splash

Je passe un grand moment à rêvasser, bière à la main (comme tous les grands philosophes, quoi), en regardant tomber la pluie et mon petit feu, j’ai quelques petites braises qui permettent de sécher le bois direct sur le foyer… on est bien mon tintin hein ?

Moralité c’est en faisant n’importe quoi que…

que non, rien en fait, il n’y a pas de morale là dedans, du tout… n’essayez surtout pas chez vous les enfants !!


si!! j’ai trouvé!!!: ça peut toujours merder, mais en restant à peu près calme et en faisant les choses dans l’ordre, il y a moyen de redresser la barre de ce qui semble bien mal parti…

 

au revoir… et à bientôt

*générique, Esteban, Zia, etc…*

À propos de loiseauivre

Musicien et vadrouilleur du dimanche, touche à tout pas trop endimanché...

Voir tous les articles de loiseauivre

2 Réponses à “Les sorties maso, Episode 2: La grosse rabasse dans ta face”

  1. Roger Murtaugh Dit :

    Ça fait envie ! ^^

    Répondre

    • loiseauivre Dit :

      ouais, faut aimer,je reviens juste de l’épisode 4 là :) (avec des photos cette fois c’est quand même mieux)

      le 3 est toujours en gestation, pas beaucoup de temps ces temps!!

      ps: Mon 1er commentaire; wouhou!!! \o/

Laisser un commentaire

Thebestoffice |
Artikensudaf |
Somewhere on earth |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Welcomeny
| Tout sur les voyages en bus
| Studio Prapoutel "Le L...