Singin’in the rain: les sorties maso, épisode 1

16 décembre 2015

Matos et RETEX

Salut,

Depuis quelques mois j’ai commencé une série de petit raids-test-matos à ‘’gouttes réelles’’.

En fait, il était une fois, je planifiais soigneusement mes sorties pour éviter à-tout-prix de me prendre la pluie… la mort dans la T1light sans auvent, avec les deux gros chiens mouillés… je vous laisse imaginer l’ambiance (et les odeurs)
Ca limite drastiquement les occasions de bivouac (les Haut-Doubistes confirmeront sûrement), déjà rares dans l’emploi du temps du jeune (et beau) papa actif que je fus un jour… et tout ça parait après coup un peu con :

quand on sort uniquement quand il fait su-per-beau, pourquoi se faire chier à prendre une tente ?

1052_c59cc1300707c8b

putain… comment j’y avais pas pensé avant ?

 

Depuis que je me suis mis au saint tarp j’ai éprouvé le besoin, pour me rassurer sûrement, de tester ‘’en situation’’ quels montages étaient le plus sécures, simples/rapides/efficaces à monter… histoire de pas me retrouver coincé le jour où, histoire aussi de pas merdouillo-paniquer comme un lapereau de 3 mois à la moindre averse, surtout en illustre compagnie de mini slip 1er (seul être humain habilité à partager mes sorties solos).

Alors un peu malgré moi, le concept de base a un peu dégénéré puisque je me fais désormais  régulièrement des sorties volontairement à l’arrache, par gros temps  pirat

Ce qui donne des trucs marrants au boulot :

‘’super samedi on est en vigilance pour les orages, avec de la grêle, va y avoir du gros, whouhou !!’’
Les collègues : öÔ

Ou à la maison:

‘’ah !! ça commence à tomber, nickel, bon j’y vais hein, ad’main !!’’
Ma tendre et douce moitié : öÔ

C’est vite devenu une espèce de jeu, je pars volontairement le soir, avec un objectif dans les collines autour, choisi au dernier moment, histoire d’arriver sur un site plus ou moins aléatoire, de nuit et souvent sous pluie battante.

note: c’est jamais très loin d’une solution de replis (maison, vieille grange, fourgon aménagé), le but est pas d’engager bêtement sans filet hein!
Le but : gérer le bivouac en situation un peu tendue (mais, again, avec une gestion de l’engagement), et noter mentalement ce qui est bien passé, ce qui a chié dans la colle

Dernière sortie en date : Un samedi soir de ce magnifique été qu’on a eu, tout le département en vigilance orange ‘’Orages’’, j’en ai pris plein la tête, je me suis ré-ga-lé \o/

0CE4YXxgFCh8abOyeMpKQQ9dFLY

 

J’avais une simple bâche marron de 2x3m+sursac, au sommet d’une colline boisée de pins (j’ai pas pris trop dur)

Choix du bivouac restreint par rapport à la pente, et le sol très encombré, le format 2X3 tire nettement son épingle dans ce genre de config, par rapport au 3X3, plus dur à caser
je me suis retrouvé sur la face nord-ouest… dans l’axe de la vallée, pas toptop, en plein couloir de vent

Config en demi tipi assez bas, dos au vent, haubané à un arbre. Cette bâche à 5€ me surprend vraiment, elle encaisse bien, je commence à lui faire confiance, 1 arbre, 5 sardines et hop!

j’adore le ratio hallucinant simplicité/efficacité qu’on peut en tirer

Je me retrouve peinard quand le gros de l’orage nous passe dessus, j’ai l’impression qu’il pleut des parpaings de 15, le tonnerre est assourdissant, ça roule dans la vallée et l’écho amplifie les détonations… je passe un bon moment à mater les éclairs en jouant un peu de flûte, la chienne collée contre moi… bonne soirée !

 

du coup bilan

choix de l’emplacement:

même si je me suis retrouvé du mauvais côté, l’orientation de la bâche était pas trop mauvaise, j’ai reçu quelques micro-gouttes par rebond, mais vu ce qu’il tombait…
par contre, le lendemain je me suis aperçu qu’un tas de branchages juste à côté aurait fait un super pare-vent, faut ouvrir les yeux un peu!

Matos:

j’avais zappé de prendre quelques poignées de brindilles sèches dans mes poches… pas d’amorce du réchaud, pas de feu… si je me retrouvais trempé, je me retrouvais  »baisé »… note pour plus tard: arrêter d’oublier de constituer cette runtutudju de boite à feu, avec bois gras, allumette étanches, coton et vaseline!!

La bâche est relativement bruyante avec la pluie… petite nuit quand même… Mais l’espace de vie dans le demi tipi est vraiment satisfaisant, il y a large la place pour le chien, le matos et moi, même si c’est plus ramassé qu’avec le grand, ce qui n’est pas forcément désagréable au final: ça fait petite grotte

en cas de coup dur, il est possible de fermer complétement l’abri avec le poncho… mais ça n’a jamais encore été nécéssaire

le sursac… c’est un peu chiant mais on s’y fait, je le prend systématiquement car en été ça permet d’opter pour un duvet très léger, et ça coupe les courants d’air

Si vous êtes sages, je vous en raconterai une qui s’est beaucoup moins bien passée au mois de Juin clown

À propos de loiseauivre

Musicien et vadrouilleur du dimanche, touche à tout pas trop endimanché...

Voir tous les articles de loiseauivre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Thebestoffice |
Artikensudaf |
Somewhere on earth |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Welcomeny
| Tout sur les voyages en bus
| Studio Prapoutel "Le L...